Enfants à Haut Potentiel

Aspects théoriques

Dans la peau d’un enfant HP …

(Kieboom, T., & Poppe, K. (2011). Accompagner l’enfant surdoué. De Boeck. pp. 11-12)

Voici une petite vidéo de témoignages (qu’il faut prendre avec des pincettes car certains sont pessimistes sur le sujet…) :

Définition

Une personne dite « HP », est donc une personne à Haut Potentiel. Plus exactement, cela signifie que la personne possède des habilités intellectuelles plus élevées que la moyenne. On peut l’observer dès le plus jeune âge mais seul un test de QI approfondi et réalisé par des spécialistes peut affirmer s’il y a haut potentiel ou non. On dit généralement d’une personne qu’elle est HP si le QI total est égal ou supérieur à 130. Cependant, un vrai test très élaboré est de rigueur et demande d’analyser les différentes composantes de l’intelligence ainsi que les aspects socioémotionnels.

Tendance et préjugés …

Il faut dire que ce terme est devenu un effet de mode, surtout dans les milieux privilégiés. Les parents ont tendance à dire que leur enfant est HP dès qu’il est plus rapide que la moyenne, qu’il réussit brillamment ou s’intéresse à plein de choses. Certains justifient même le comportement de leurs enfants en disant que ce sont des EHP incompris qui sont en colère … Mais finalement, la réalité de ces enfants est totalement inconnue et incomprise par la plupart d’entre-nous. Et pour les vrais HP, ce n’est pas toujours une gloriole d’avoir cette étiquette – contrairement à ce que certains peuvent penser.C’est parfois même un fardeau très lourd à porter…

Le haut potentiel est considéré comme un trouble, c’est un mot fort qui implique d’y prêter une attention toute particulière. Vous avez autant la responsabilité – en tant que parents et/ou enseignants – d’aménager les apprentissages pour ces enfants-là que pour les autres dys. Ne pensez pas que parce qu’il est très intelligent, ce petit garçon au fond de la classe a un magnifique avenir tout tracé.

Au contraire, plein d’enfants échouent en devenant adultes parce qu’ils n’ont pas été suivis correctement, parce qu’ils ont été opprimés, parce que – finalement – ce « super pouvoir » n’est pas si super que ça, parce qu’ils ont tenté de cacher un maximum ce haut potentiel pour ressembler aux autres, pour avoir l’air cool et pour se faire des amis … Beaucoup n’ont jamais appris à étudier et quand ils voulaient apprendre, on les envoyait balader. Alors arrivés aux études supérieures, ces enfants-là échouent lamentablement.

D’autres n’ont peut-être aucun mal à réussir, mais au détriment de la sociabilité. Il n’arrivent pas à se faire d’amis car ils se sentent trop différents, n’ont pas les mêmes intérêts que les autres et, du coup, sont rejetés.  Ce sont donc sur tous ces aspects-là qu’il faut travailler en les nourrissant au maximum de nouveaux apprentissages.

Fort heureusement, il y en a également qui s’en sortent très bien et qui font de brillantes études, ont de nombreux cercles d’amis, … Mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont parfaitement bien. Ne vous fiez pas uniquement aux points. Et comme me l’a expliqué un adulte qui en a souffert étant enfant, un 20/20 à chaque bulletin n’est pas signe que tout va bien, c’est la preuve que tout va mal.

Symptômes

  • Avant la fin du premier mois de vie, regard intense pour analyser le monde qui l’entoure.
  • Tonus axial acquis précocement (position assise et tenue de sa tête).
  • Acquisition du langage souvent rapide (avant 2 ans).
  • Syntaxe excellente sans passer par le stade « bébé ».
  • Aisance verbale, mémorisation de mots compliqués.
  • Besoin de se débrouiller seul
  • A la recherche de sens (n’accepte les règles que si elles sont expliquées)
  • Besoin de contrôle et de maîtrise.
  • Problèmes de sommeil (endormissement surtout)
  • Anxiété de séparation
  • Difficulté à renoncer au plaisir d’exploration
  • Déteste l’ennui.
  • Extrême lucidité (questions très tôt sur la mort, la planète, etc)
  • Empathie très développée.
  • Hypersensibilité.
  • Grandes attentes de l’école (et souvent décevant).
  • Imagination débordante.
  • Risque d’échec scolaire lorsque les choses se compliquent.
  • Distrait, ne montre pas d’entrain en classe.
  • Troubles du comportement (parfois)
  • Inhibition intellectuelle afin d’échapper à l’ennui
  • Peut faire plusieurs choses en même temps (suivre deux conversations en parallèle, parler et écrire, rêver et pourtant écouter,…).
  • Recherche la compagnie de personnes plus âgées.
  • Capacité d’attention, persévérance: forte si l’intérêt y est; faible, voire nulle, sinon.
  • Grand sens de l’humour (et humour très particulier, souvent incompris).
  • Rapidement frustré s’il ne trouve pas les personnes ou les ressources pour réaliser ses grandes idées.
  • Grand sens de la justice, de l’équité, moralité. Intolérance à l’injustice, pour lui et pour les autres.
  • Respect des règles bien comprises (« logiques »), mais tendance à questionner l’autorité non fondée.
  • Idéalisme, altruisme, compassion.
  • Grande capacité de raisonnement/résolution de problèmes.
  • Rapidité d’apprentissage.
  • A lu très jeune et avidement.
  • Vocabulaire extensif.
  • Excellente mémoire.

Pour les filles :

  • Inhibition intellectuelle pour se fondre dans la masse.
  • Elles s’occupent, dessinent et lisent souvent pendant de longs moments.
  • Elles ne donnent pas l’impression de s’ennuyer.
  • Elles cachent leur potentiel pour être acceptées par leurs pairs.
  • Elles sont perfectionnistes.
  • Elles évitent de prendre des risques.

Pour les parents

Je vous invite à lire le bouquin de Jeanne Siaud-Facchin qui explique en détails le « phénomène » de l’enfant surdoué et qui vous donne plein de pistes sur la manière de gérer ça et d’aider votre enfant.

Le livre de Tessa Kieboom est également très bien fait, il comprend énormément de témoignages, certains le trouveront donc plus facile à lire.

Outils et pistes pédagogiques

Un dossier d’occupation adapté.

Très souvent, l’enfant HP est très rapide et finit ses exercices bien plus vite que tous les autres. Et vous vous dites « oh zut, qu’est ce que je vais bien pouvoir lui faire faire? » (parce qu’en plus, c’est toujours celui qui a déjà finit son contrat d’occupation). Au lieu de l’envoyer lire tout seul à chaque fois ou lui dire de dessiner, proposez-lui des activités variées. Il pourrait très bien avoir tout un dossier à réaliser en dehors des exercices communs, pour aller plus loin. Vous pouvez varier les activités avec des feuilles d’exercices plus compliquées, des petites énigmes, des origamis, des casse-têtes, … Tout en étant présent pour lui, car il n’est pas non plus question qu’il fasse son cours tout seul dans son coin.

Proposez un projet de recherche personnelle

Dans la même idée que le dossier d’occupation, proposez à l’enfant une recherche personnelle sur un sujet en lien avec un cours, ou un sujet qui l’intéresse tout simplement. Il est bien connu que ces enfants se posent énormément de questions (notamment, sur la création du monde et des humains), proposez-lui donc une recherche dans ce sens. Sachez que les enfants HP ont souvent beaucoup de mal à faire des choix. Ne les laissez pas libres de choisir un sujet parmi tous ceux qui les intéressent. Guidez leurs recherches. Vous pouvez notamment faire avec lui une carte mentale de tout ce qui les intéresse et puis l’aider à faire un choix selon différents critères que vous lui proposerez. Vous devrez également l’aider à préciser son sujet de recherche pour qu’il ne soit pas trop général ainsi qu’à faire un plan de son travail.

L’enfant peut choisir la forme que prendra son travail (poster pour présentation à la classe, dossier, livre illustré, …). Une étape très importante est de discuter avec lui de ce qu’il a appris, ce qu’il retient de ce travail, ce qu’il a apprécié, les difficultés qu’il a pu rencontrer, etc.

Encouragez la pensée créative

Nous pouvons solliciter la pensée créative de l’enfant en lui posant des questions ouvertes qui sortent de l’ordinaire. Le livre « 100 idées pour enfants à haut potentiel » nous donne quelques exemples :

  • Que se passerait-il si les enseignants étaient remplacés par des robots ?
  • Si le téléphone portable n’existait pas, à quoi ressemblerait notre quotidien ?
  • Peux-tu dessiner l’intérieur de ta chambre tel que vu par une mouche, en tenant compte de sa vision particulière (yeux multiples et vision à 360°) ?

Félicitez l’enfant, même si ça vous paraît redondant !

Un enfant HP entend très souvent les phrases du genre : « Très bien, comme toujours », « Inutile de faire un commentaire », … Très souvent d’ailleurs, on ne lui dit rien. C’est pas juste pour lui. D’autant que – dans sa tête de petit enfant – il ne comprendra pas pourquoi son voisin de classe a été félicité pour un 9/20 alors que lui a 20/20 et on ne lui dit rien. Et lui, dès qu’il a des moins beaux points, il se fait disputer par les profs et par ses parents, comme s’il n’avait jamais le droit à l’erreur.

Ce n’est pas normal tout ça ! Il faut féliciter les enfants qui progressent, même si c’est avec un 9/20. Mais pourquoi délaisser les plus doués ? Pourquoi ne pas les féliciter à chaque fois ? En quoi le 20 de cette semaine est moins bon que celui du début de l’année ?

Les réunions de parents…

Avoir des 20/20 tout le temps, dans toutes les matières ne signifie pas que l’enfant peut bien se débrouiller tout seul pour le restant de sa scolarité. Même s’il peut le faire, ce n’est pas sans créer des dégâts psychologiques. Alors, aux réunions de parents, ne dites pas « ben, comme d’habitude, tout va bien, rien à dire » – à la limite de l’air dédaigneux. La phrase que vous devrez dire est la suivante : « Félicitations ! Tu es appliqué et tu as réussi brillamment. Maintenant, on va mettre en place, ensemble, des activités pour aller encore plus loin. » Et là, vous verrez ses yeux tout pétillants de bonheur et de reconnaissance. Vous pouvez même adapter ces activités à ce qui l’intéresse, ses loisirs, … Libre à vous de le laisser libre de choisir ce qu’il veut faire, de lui faire réaliser un projet de manière autonome (en étant présent pour le guider et le féliciter).

Les cartes heuristiques ou « mindmapping »

Mindmap

Cliquez ici –> Mind map HP <– pour voir l’image en plus grand 😉

L’apprentissage dans sa globalité

On a tendance à assimiler les apprentissage à la métaphore d’un train composé de différents wagons. Petit à petit, on découvre chaque wagon séparément. Ensuite, vient le moment où on attache ces wagons ensemble pour en faire un train. Ce genre de méthodologie ne convient pas à un enfant HP, il a besoin de comprendre le sens de l’activité avant de la réaliser. Pour ce faire, il doit savoir exactement où il va et l’objectif final. Il faut donner à cet enfant une vision globale de l’apprentissage au lieu de le découper pour enfin comprendre pourquoi on a fait tout ça.

Complexifier

En tant qu’enseignant, nous devons en permanence nous adapter à un public large et varié. Nous avons dont tendance à simplifier les savoirs pour nous assurer la compréhension de tous. Malheureusement, cette simplification n’éveille aucune curiosité chez l’enfant HP, aucun intérêt ni aucune motivation.

La complexité permet de maintenir l’intérêt chez l’enfant surdoué, elle active les capacités d’attention et de concentration. Elle apporte une satisfaction jubilatoire lorsqu’on arrive à surmonter la difficulté.


Aller à la barre d’outils