Dyslexie

Aspects théoriques

Dans la peau d’un enfant dyslexique

4 épreuves pour se mettre dans la peau des dyslexiques

Si vous cliquez sur le lien ci-dessous, vous découvrirez 4 épreuves pour vous mettre – à votre niveau – dans la peau d’un enfant dyslexique. Ça ne prend que quelques petites minutes et ça peut vous aider à comprendre déjà la manière dont se manifeste la dyslexie.

Cliquez ici pour voir les 4 épreuves proposées par Dix sur Dys.

Simulateur de dyslexie : impressionnant !

Un homme a mis sur son site un simulateur de dyslexie. Cliquez ici pour voir un texte comme le voit un dyslexique.

Définition

Dyslexie from adrien honnons on Vimeo.

La dyslexie (en grec, dys = difficulté ; lexia = mots) est un trouble sévère spécifique lié à la lecture, l’orthographe ainsi que la rédaction de textes. Il n’est pas possible de guérir de la dyslexie, on reste dyslexique toute sa vie. Cependant, grâce à l’aide de spécialistes, il est possible de mieux vivre avec ce trouble.

La Fondation Dyslexie, dans son ouvrage « Génération dyslecteurs », utilise la métaphore d’une autoroute pour l’expliquer. Lorsque les non-dyslexiques utilisent une voie rapide pour passer d’un hémisphère à l’autre (du visuel à l’auditif), les dyslexiques utilisent plutôt des routes de campagnes sinueuses et bien plus lentes.

Les dyslexiques éprouvent essentiellement des difficultés dans les tâches suivantes :

  • Segmentation de mots
  • Ecriture
  • Fluence en lecture
  • Compréhension
  • Entrainement de la mémoire

Tout comme la dysphasie, on distingue 3 types de dyslexies :

  • La dyslexie phonologique (ou dysphonétique) : L’enfant reconnait globalement le mot. Il est capable de reconnaître les mots, mais il ne sait pas lire (incapable de décoder et d’assembler les lettres en sons complexes et en mots) :
    – confond souvent les phonèmes (ex : f/v ou s/ch)
    – inverse les lettres
    – oublie des lettres
    – ajoute des lettres
    Problème dans la voie phonologique, d’assemblage ou indirecte.
  • La dyslexie lexicale dite « de surface » (ou dyséidétique) : l’enfant ne sait pas mémoriser la silhouette et donc l’orthographe des mots entiers et surtout irréguliers ou ayant une difficulté particulière (femme, doigt, monsieur, …). Il sait décoder les mots en les dé-composant en lettres et en sons, mais les confond souvent. L’enfant atteint de cette forme de dyslexie :
    – Confond des graphèmes au niveau de leur orientation (n/u ou p/q ou b/d).
    – Inverse les lettres dans les mots (« prati » pour « parti » ou « hortographe » pour « orthographe »)
    – Décompose les mots en syllabes régulières et connues (ma, pa, ton, si, …) puis rassemble le tout. Cette re-composition du mot donne lieu à une lecture hachée, comme s’il lisait le mot pour la première fois (l’enfant lit « ta-b-le » au lieu de « table »).
     Problèmes dans la voie lexicale, d’adressage ou directe.
  • La dyslexie mixte : Comme son nom l’indique, elle allie les deux dyslexies citées précédemment.
    – Lecture des mots nouveaux, logatomes et mots irréguliers compliquée. Lecture très laborieuse. Accès au sens compromis.
    – Erreurs non phonologiquement plausibles et erreurs liées à la fragilité du lexique interne.
    – Lexique orthographique faible.
    – Troubles phonologique et visuo-attentionnel.
    Problèmes dans la voie phonologique et lexicale.

Et voici une vidéo humoristique réalisée par une jeune femme dyslexique (en mode Norman fait des vidéos). C’est très drôle et très parlant !

Symptômes

Il y aura lieu de s’inquiéter si vous remarquez chez un enfant les caractéristiques suivantes :

(Génération Dyslecteurs)

  • Cas de dyslexie dans la famille ou problèmes avec le langage écrit.
  • Ambidextrie ou lenteur pour établir la préférence manuelle.
  • Confusions persistantes de latéralité (gauche-droite).
  • Incapacité à apprécier les rimes.
  • Difficultés à suivre un rythme et le reproduire.
  • Difficulté à apprendre par cœur des poésies ou des chants.
  • Difficulté à nommer rapidement des objets familiers (ce n’est pas un problème de vocabulaire !).
  • Difficultés à suivre les consignes verbales multiples données simultanément.
  • Mélange des phonèmes des mots (Panlaton pour Pantalon)
  • Désorganisation en général.
  • Difficultés d’orientation dans l’espace et le temps.
  • Incapacité à apprendre l’alphabet et les phonèmes.
  • Incapacité à fusionner les lettres pour lire un mot.
  • Incapacité à lire, sauf quelques mots appris par cœur (logo, dessin).
  • Difficultés à écrire son prénom (tendance à écrire en miroir).

Origine et troubles associés

Nul doute aujourd’hui que la dyslexie est d’origine biologique et donc liée au développement et au fonctionnement du cerveau. Je ne rentrerai pas dans les détails neuro-scientifiques, mais je vous invite à lire l’ouvrage « Génération Dyslecteurs » de la Fondation Dyslexie où les causes neurologiques sont expliquées de manière très claires.

La dyslexique s’accompagne souvent de difficultés dans d’autres domaines (principalement, la concentration et la mémorisation). Tout comme expliqué dans la page sur les troubles d’apprentissage, la dyslexie est considérée comme centrale dans la « dys-constellation ».

Outils et pistes pédagogiques

(Principalement inspirés du syllabus « Tous différents » de Manon Gillet (téléchargeable directement ici ou sur le site de la commune de Léglise)

 Adapter les feuilles

Le logiciel « PAPERPORT » (payant) vous permettra de modifier, aérer, simplifier, surligner, ajuster, … vos feuilles d’exercices – même en version non électronique. A partir de votre document, placé sur la vitre du scanner, le logiciel permet de travailler directement sur votre écran d’ordinateur, par l’intermédiaire d’une barre d’outils permettant :

  • D’effacer certaines informations parasites, d’agrandir une zone.
  • De colorer des parties de textes ou exercices pour différencier.
  • De surligner des lignes du texte pour faciliter la lecture.
  • De relier des informations sans utiliser de latte.
  • D’imprimer un travail propre et valorisant pour l’enfant.

Simplifier les consignes

  • simplifier, réduire, fractionner la consigne.
  • éviter les doubles tâches !
  • présenter une consigne à la fois à l’oral.
  • demander la reformulation par un élève. (Donner des consignes de manières différentes pour satisfaire tous les enfants).
  • faire prendre l’habitude aux enfants de surligner (au fluo) les mots importants de la consigne.
  • prévoir des pictogrammes facilement reconnaissables :

Adapter l’évaluation et la correction

Pour la réalisation d’exercices en classe :

  • Placer l’enfant à côté d’un élève référant.
  • Donner un tiers de temps supplémentaire aux élèves dyslexiques
  • Pour relire le contenu (et aussi ortho et grammaire)
  • Pour prendre le temps de faire un plan ou bien comprendre les consignes.
  • Faire en sorte que le matériel soit à sa disposition (placer l’enfant au premier rang et/ou près du rangement de colle, ciseaux, latte, équerre, com pas, crayons de couleurs, …)
  • Remettre à l’élève certains textes à l’avance afin qu’il puisse en prendre connaissance avant le cours. Il est intéressant que l’enfant puisse entendre le texte au préalable ( lecture d’un tiers, enregistrement audio, …).
  • Ne jamais forcer un élève dyslexique à lire oralement devant les autres.
  • Adapter les épreuves de compréhension de texte en réorganisant les ques-tions par paragraphe et en privilégiant les questions qui nécessitent d’entourer, de cocher, de découper, coller, …
  • Utiliser des textes mutilés plutôt que de tout faire écrire.
  • Attendre que les enfants aient terminé de copier pour donner une con-signe ou expliquer quelque chose.
  • Eviter le recto-verso, cela peut parasiter la lecture par transparence.
  • Avoir recours à un scribe. Nombre d’enfants dyslexiques n’arrivent pas à mettre leurs idées en phrases correctes, à cause de leur incapacité à transcrire leurs pensées en mots. L’aide d’un scribe ou « secrétaire » peut être une aide précieuse pour permettre à l’enfant d’imaginer et de rédiger sans passer par la phase graphique.

Pour l’évaluation:

Préférez…

  • Les QCM
  • Les « vrai ou faux »
  • Les textes ou phrases lacunaires (avec ou sans proposition(s) selon l’objec-tif et le niveau).
  • Les questions en couleur. Ainsi, lors d’un savoir lire, l’enfant peut souligner la réponse de la même couleur que la question pour éviter de devoir reco-pier.
  • Mettre des numéros devant les différentes réponses possibles, l’enfant ne devra recopier que le numéro.
  • Proposer des problèmes simples ou, s’ils sont trop contextualités, souli-gner avec l’enfant les informations nécessaires et la question.
  • Faire la dictée à l’adulte avec l’enfant dyslexique.

De plus ,

  • Donnez à l’enfant les mêmes aménagements que lors de l’apprentissage ou des exercices.
  • N’hésitez pas à faire des modifications lors d’une évaluation.
  • Tenez toujours compte des critères d’évaluation. Il faut se référer à l’objectif de la question et ne pas évaluer les autres composantes.

Pour les devoirs :

  • Adaptez les consignes, comme dit précédemment (courtes, fractionnées, les mots importants sont en gras, faire souligner en jaune les mots importants…)
  • Créez des routines dans les devoirs (ex : dictée à préparer toujours pour le jeudi, le lundi, toujours des exercices de conjugaison, …)
  • Encouragez l’enfant à surligner, dessiner, oraliser, mimer, pour comprendre avant d’étudier.
  • Demandez aux parents de mettre en avant chaque progrès de l’enfant (rapidité, amélioration, concentration, …) et lui rappeler le chemin parcouru.
  • Pour les poésies, ne pas le faire étudier par coeur en lisant, privilégier l’ap-proche auditive (faire répéter par le parent puis illustrer chaque vers ou enregistrer sur un appareil).
  • Raccourcir le devoir, donner moins d’exercices, les espacer beaucoup, utiliser une police adaptée (surtout laisser de la place pour les calculs ou les réponses !). Le but n’est pas que la feuille soit terminée, mais que les exercices faits soient cor-rects. Il est important de ne pas sanctionner un exercice non fait.
  • Proposez des exercices qui demandent de courtes réponses et peu d’écrit (QCM, vrai ou faux, relier, remettre dans l’ordre avec des numéros, textes lacunaires, …)
  • Pour des exercices qui demandent plus d’écrit, acceptez que ce soit les parents qui écrivent sous la dictée à l’adulte. Se mettre d’accord préalablement avec les parents.

Pour la correction:

  • évitez la couleur d’encre rouge
  • ne pas tout barrer
  • écrire dans la marge les mots écrits correctement
  • écrire plutôt le nombre de mots justes que le nombre de fautes

Adapter la mise en page des documents

  • Privilégier un interligne 1,5 ou 2.
  • Taille de police 14 au minimum.
  • Mettre plus d’espaces entre les mots.
  • Choisir une police sans sérif (verdana, arial, comic sans ms, …).
  • En mathématiques : laisser beaucoup d’espace entre les calculs.
  • Utiliser une police d’écriture adaptée aux enfants dyslexiques. il existe notamment « Opendyslexic » que vous pouvez télécharger gratuitement ici. Cette écriture donne un certain poids aux lettres, ce qui fait qu’elles ne pivotent plus aux yeux des enfants éprouvant des difficultés.
    Marche à suivre :
    1) Cliquez sur télécharger.
    2) Ouvrez le document « ZIP » (vous devez disposez de WinRAR pour cela)
    3) Cliquez 2 fois sur le premier fichier en dessous de « READ ME »
    Capture
    4) Vous verrez un aperçu de la police d’écriture
    Capture1
    5) Cliquez sur « installer » en haut à droite
    6) Pour l’utiliser, allez dans Word et choisissez la police « Opendyslexic »
    (Si vous n’y parvenez pas, n’hésitez pas à me contacter via la page dédiée)Attention : Une police d’écriture standard sans sérif garde le même modèle de lettre pour le p/b/q/d, ce qui handicape l’enfant pour la reconnaissance des mots.

Repères temporels, visuels et spatiaux

  • Couleurs de fardes différentes selon la matière et l’utilisation.
  • Codes couleurs pour les opérations; les centaines, dizaines et unités, etc.
  • Faire un menu du jour (c’est d’ailleurs excellent pour l’ensemble de la classe)
  • Surligner une ligne sur deux dans un texte, ou utiliser une règle de lecture.
    Téléchargez ici la règle de lecture portrait et la règle de lecture paysage.
  • Mettre en gras ou surligner les mots importants d’un texte.
  • Utiliser un chevalet ou plan incliné pour passer du tableau (plan vertical) à la feuille (plan horizontal).

Expliquer aux autres enfants

Il est important que le reste de la classe soit au courant des difficultés rencontrées par l’élève dyslexique. Ils comprendront mieux les aménagements matériels et pédagogiques mis en place et ça évitera la jalousie ou les commentaires.
* L’élève peut lui-même expliquer.
* L’enseignant peut expliquer.
* On peut utiliser le DVD « Ortho » de la fondation dyslexie qui propose un dessin animé et des pistes pédagogiques pour l’expliquer aux enfants.
* On peut utiliser l’album « Le tiroir coincé » d’Anne-Marie Montarnal aux éditions Tom Pousse. (Album conçu pour expliquer la dyslexie).
* On peut utiliser l’album « Patouille, la petite grenouille dyslexique » de Sophie Tossens aux éditions Erasme.
Il est intéressant de faire comprendre que, bien que la dyslexie soit un handicap, elle n’empêche pas d’évoluer dans la vie. Prendre l’exemple de personnes célèbres ayant réussi malgré leur dyslexie (Walt Disney, Léonard de Vinci, Albert Einstein, John F. Kennedy, Tom Cruise, …).

Pour construire vos séquences de lecture:

  • Organisez une discussion préliminaire dans laquelle les représentations mentales pourront émerger.
  • Utilisez des tableaux pour organiser les informations (ex : ce que je sais, ce que je veux savoir, ce que j’ai appris)
  • Fragmentez clairement les consignes et les informations du texte.
  • Utilisez les logiciels Pictop et Genex : Il permet à l’enseignant de créer des exercices sur la manipulation de mots/phrases et d’images.

Pour construire vos séquences de mathématiques :

  • Passer systématiquement par une phase concrète où l’enfant manipule et se fait une représentation mentale.
  • Faire en sorte que l’enfant explique clairement son raisonnement.

Orthographe illustrée

Orthographe illustrée (PDF gratuit)

La lecture à deux voix

L’enfant et l’adulte lisent ensemble, à voix haute, un texte. L’adulte calque son rythme de lecture sur celui de l’enfant, pour lui donner l’exemple d’une lecture correcte (pas de mot à mot, mais imposer une fluidité, le respect des règles de ponctuation, …).Lorsque celui-ci se trompe, l’adulte le corrige simplement en lisant le mot correct, puis il attend que l’enfant répète correctement le mot. La lecture peut ensuite continuer.

A force d’entrainement, et quand l’enfant se sentira plus à l’aise, lui proposer de lire à voix haute tout seul (simplement devant l’adulte, pas devant la classe). L’adulte peut
* soit lire à voix basse pour accompagner l’enfant .
* soit se taire et suivre la lecture dans sa tête.
Cela doit se faire graduellement pour que l’enfant acquière petit à petit confiance en lui.

Utiliser les sens pour faire écrire

Le passage à la phase de rédaction est souvent un moment difficile pour les dy-slexiques qui ont en général le syndrome de la page blanche. Entre la peur de l’orthographe et le manque de vocabulaire, les enfants dyslexiques se retrouvent souvent bloqués, perdus et découragés.

La vue :

  • décrire une image
  • dessiner avant d’écrire

Le toucher :

  • objet mystère à décrire sans le voir mais en le touchant
  • découper, couper et coller

La méthode « Multimalin »

Pour aider les enfants à mémoriser …

Présentation de la méthode

Le Brainstorming

Plus communément appelé le « remue-méninges », il permet de faire émerger plein de mots en lien avec un sujet, un thème. La technique du brainstorming est très intéressante et efficace car elle permet de travailler les champs lexicaux tout en étant un support utile pour les expressions écrites, et elle enrichit également le vocabulaire des enfants dyslexiques (et des autres !). Elle aide également à visualiser les informations.

« Dys-vocal »

« Dys-Vocal est un logiciel d’aide à la lecture et à l’écriture pour personnes souffrant de troubles Dys (dyslexie , dyspraxie visuo-spatiale) . Il inclut le module CoupeMots ainsi qu’un module de lecture et de reconnaissance vocale. »

Pour plus d’informations, consultez le site en cliquant ici.

(Logiciel payant actuellement)

Vous trouverez encore une multitude de trucs et astuces dans l’ouvrage « 100+ idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques » – Editions TomPouSSe


Aller à la barre d’outils