Mémorisation

Aspects théoriques

« Les informations sont d’abord perçues par les sens. Le cerveau les trie au fur et à mesure qu’elles lui sont transmises. Ces informations sont ensuite stockées temporairement dans ce qu’on appelle mémoire à court terme (MCT) ou mémoire de travail. Si aucun effort n’est fait pour conserver l’information, elle disparaît et est vite oubliée. Cependant, l’information peut être transférée dans une mémoire dite à long terme (MLT) ou de stockage et rester accessible plus longtemps.

Pour garder en mémoire une information, elle doit :

  • susciter un intérêt;
    Une matière qu’on aime se mémorisera forcément plus facilement. Si une matière ne vous motive pas, essayez de trouver des applications pratiques, de faire des liens avec d’autres matières,…Pour mémoriser, il faut avant tout le vouloir. 
  • être bien comprise et organisée;
    La mémoire a besoin de structure, d’organisation et pour cela, il faut d’abord comprendre l’information qu’on veut mémoriser. Faites des schémas, des tableaux, écrivez les idées principales, prenez le temps de bien comprendre les liens entre les différentes idées,…Plus l’information sera organisée, plus vite et plus facilement vous la mémoriserez.
  • être liée à une information que vous connaissez déjà. Exemple : Pierre aime aller en salle pour faire de la musculation. En écoutant le professeur d’anatomie parler des muscles pectoraux, du biceps, du triceps, il n’a pas eu du mal à les reconnaître, à les situer et à comprendre leurs fonctions.
  • être répétée. Exemple : Lire à voix haute permet d’utiliser deux sens : la vue et l’ouïe. Ecrire te permet aussi d’utiliser deux sens : la vue et le toucher. L’information parvient ainsi deux fois à ton cerveau.
  • être utilisée le plus souvent possible.
    La mémoire n’oublie pas mais elle a besoin qu’on lui rappelle souvent les informations qu’elle contient pour les retrouver facilement. En outre, plus le cerveau recevra l’information fréquemment, plus il décodera son importance et la retiendra.Exemple : Si une formule physique est utilisée pour résoudre un grand nombre d’exercices de cinétique par exemple, elle sera retenue facilement et longtemps. »

Source : UCL

Outils et pistes pédagogiques

Règles générales

Ayez toujours à l’esprit que les enfants ne retiennent pas tous de la même manière. Tout comme les adultes, ils sont parfois plus visuels qu’auditif, ils ont besoin de bouger, de chanter même, d’utiliser des moyens mnémotechniques, etc. Pensez donc à rendre les savoirs les plus ludiques possibles, en leur donnant du sens et en utilisant tous les canaux de mémorisation possibles. Variez les plaisirs, répétez et faites répéter 😉

Pour les tables de multiplication

Multimalin

Présentation de la méthode

Une technique infaillible

Les cartes heuristiques ou mindmapping

Elles facilitent les synthèses, surtout si vous avez une mémoire visuelle. Vous pouvez l’adapter en la faisant « home-made », pour lui donner du sens et qu’elle vous permette, d’un coup d’œil, de vous souvenir des informations à mémoriser.

Personnellement, je vous conseille de télécharger XMind7 si vous préférez les versions électroniques.

Je participe prochainement à une formation sur le mindmapping, je vous expliquerai en détails à ce moment-là la manière de l’utiliser en classe, et les informations pratiques pour utiliser les logiciels.

Pour les étudiants plus grands

Conseils de l’UCL pour ces étudiants :

« Il n’existe pas de méthode unique et parfaite pour mémoriser. Chacun de nous a sa propre stratégie de mémorisation (visuelle, auditive,…). L’essentiel est de découvrir la vôtre pour l’améliorer et en tirer un maximum de profit. Pour une plus grande efficacité, complétez votre méthode de mémorisation par d’autres et essayez de l’adapter aux différentes matières.

  • Vous avez une mémoire plutôt « visuelle »
    – Utilisez des croquis, des schémas, des tableaux synoptiques.
    – Soulignez de manière systématique.
    – Assignez une fois pour toutes, une fonction déterminée à chacune des couleurs que vous utilisez.
    – Disposez vos notes de façon claire et très aérée en vue d’éviter les surcharges.
    – Puisque l’effort de mémorisation ne doit porter, le plus souvent, que sur des points bien précis : dates, définitions, vocabulaire, schéma d’une leçon, table des matières, par       exemple. Il est donc utile de distinguer visuellement ce qui est à retenir « par cœur » et ce qui pourra être reconstruit au moment du test.
  • Vous avez une mémoire plutôt « auditive »
    – Écoutez attentivement les cours.
    – Exercez-vous à vous exprimer à haute voix en restant attentif à ce que vous dites. C’est particulièrement indiqué si vous vous préparez à une épreuve orale.
  • Vous avez une mémoire plutôt « motrice »
    – Écrivez plusieurs fois les mots difficiles, les noms propres.
    – Faites des dessins, des figures.

Attention : Ne recopiez pas tout de façon automatique (perte de temps), sélectionnez les informations, évitez la simple transcription. »


Aller à la barre d’outils