Différenciation

«Je m’engage à mettre toutes mes forces et toute ma compétence au service de l’éducation de chacun des élèves qui me sera confié.»
– Serment de Socrate

Aspects théoriques

En guise d’introduction…

« La petite casserole d’Anatole » : un court-métrage fantastique !

 

Les profils d’apprentissage d’après Robert Burns (1971) :

Il n’y a pas deux apprenants qui ;

  • progressent à la même vitesse,
  • soient motivés à apprendre en même temps,
  • utilisent les mêmes techniques d’étude,
  • résolvent les problème exactement de la même manière,
  • possèdent le même profil d’intérêts,
  • soient motivés pour atteindre les mêmes buts.

Les quatre composantes principales de la pédagogie différenciée :

  • La différenciation des contenus (ex : en fonction du niveau atteint, l’enfant va approfondir une matière pendant que les autres élèves vont plus loin).
  • La différenciation des structures (ex : sous-groupes, tutorat, …)
  • La différenciation des processus (ex : un enfant dyslexique éprouvant des difficultés lors de l’assemblage, apprendra à lire par la méthode analytique alors que le reste de sa classe apprendra peut-être avec la méthode globale).
  • La différenciation des productions (ex : selon les intelligences multiples, les préférences de procédés,…)

Ces composantes sont étroitement liées et s’engendrent mutuellement. Elles vont également impliquer d’autres composantes dont la différenciation des évaluations qui n’est pas négligeable.

Les critères à prendre en compte pour la différenciation :

  • La vitesse des apprenants,
  • Les styles d’apprentissage (auditif, visuel et kinesthésique),
  • L’origine socio-économique et culturelle,
  • Les types d’intelligence et les intelligences multiples (compréhension verbale, logico-mathématique, mémoire de travail et vitesse de traitement –> WISC IV)

Vers une définition…

Selon le décret « missions » (que vous pouvez télécharger ici),  la pédagogie différenciée est « Une démarche d’enseignement qui consiste à varier les méthodes pour tenir compte de l’hétérogénéité des classes ainsi que de la diversité des modes et des besoins d’apprentissage des élèves ».

La différenciation est donc une pédagogie variée qui propose différentes méthodes et démarches pour que les élèves apprennent ensemble de manière individualisée. Cette pédagogie permet d’ouvrir une multitude de portes aux enfants de niveaux différents. Il ne faut pas oublier que la pédagogie différenciée est tant un atout pour les enfants en difficultés que pour ceux qui avancent rapidement. Son but est d’amener les enfants à évoluer selon leurs facilités ou difficultés en visant un même objectif.

Pour construire un apprentissage différencié, il faut une méthode. Celle-ci est définie selon le maître-mot « souplesse » et dans le souci de respecter le rythme d’apprentissage de l’enfant. On peut intégrer des nouveaux outils d’apprentissage ou varier ceux que l’on connait déjà afin de trouver celui qui correspond le mieux à l’enfant. Il faut faire preuve de flexibilité pour permettre à tous les enfants de progresser.

On la retrouve partout, cette image… Mais elle est tellement bien faite que je n’ai pas pu résister ! Je pense qu’elle est assez explicite pour ne pas avoir à l’expliquer.

Outils de différenciation

Vous trouverez sur ce site des outils propres à chaque trouble ou difficultés. Cependant, voici quelques outils de différenciation que vous pouvez appliquer quelle que soit votre situation.

Site intéressant

Le site « Lire, écrire, compter » propose une très large gamme de jeux et outils pédagogiques pour la classe. Vous y trouverez toutes sortes de trucs et astuces adaptables à tous vos élèves. Certains jeux proposent même la police d’écriture « OpenDyslexic » (voir « Dyslexie« ) afin de convenir à un plus large public.

Syllabus « Tous différents »

Je vous invite également à consulter le syllabus de Manon Gillet, disponible sur le site de la commune de Léglise. Il traite de la différenciation et des troubles d’apprentissage. Vous y trouverez une mine d’informations. Personnellement, je le trouve extrêmement bien fait ! Je m’inspirerai d’ailleurs largement de son travail dans ce site puisqu’elle a parfaitement regroupé les trucs et astuces utiles qui ne coûtent pas grand chose et qui ne sont pas compliqués. Téléchargez le syllabus ici.

Pour travailler les intelligences multiples…

Les 8 intelligences multiples de Gardner :

  • corporelle/kinesthésique
  • interpersonnelle
  • intrapersonnelle
  • verbale/linguistique
  • logique/mathématique
  • musicale/rythmique
  • naturaliste
  • visuelle-spatiale

* Les Octofun

Dans le cadre d’un projet de la commune d’Attert, Françoise Roemers-Poumay a créé la magie des Octofun. C’est une méthode pour travailler toutes les intelligences avec les enfants. Pour la motivation, c’est un atout indéniable puisque l’enfant qui a une boule d’énergie plus faible, pourra compenser avec les autres. A utiliser en toutes circonstances et avec toute la classe :)


Aller à la barre d’outils